Konoha High School

Venez vivre dans la merveilleuse et prestigieuse école de Konoha. Les meilleurs élèves s'y retrouvent. Mais aussi les plus incongrus. Alors n'hésitez pas à y venir.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Levi is alone é_è [Liiibre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Leviath Okegawa

Leviath Okegawa

Messages : 211
Date d'inscription : 23/10/2009
Age : 25

Fiche d'identitée
Relationship:
la classe/le métier: Terminal
Les avertissements: 0

Levi is alone é_è  [Liiibre] Empty
MessageSujet: Levi is alone é_è [Liiibre]   Levi is alone é_è  [Liiibre] I_icon_minitimeDim 25 Oct - 13:26

Nya… je sais pas quoi faire… mes journées sont vouées à la pêche et à l’étude de l’œnologie. Jamais, je n’ai sorti mon nez dehors pour me rapprocher des individus. Je ne sais pas comment faire pour me faire des amis ? Même si j’en ai eu, même si je suis censé savoir comment m’y prendre il fallait que mon quartet s’éteigne à jamais et que je devais réapprendre le sens du mot : « amitié ». Personne ne m’approche, et cela depuis quelques années et je me rend compte aujourd’hui le pourquoi de la frayeur des passants qui regardent mon visage. J’ai su le pourquoi de cette peur juste en me regardant longuement dans la glace de la salle de bain. J’ai percé le regard de l’homme qui était enfermé dans cette vitre et qui était censé être moi. Après quelques minutes, et pour x raison mon cœur s’est mit à battre très rapidement, je transpirais et mes muscles se tendaient, comme un fils sur le point de lâcher. Et là j’ai reçu l’obligation de fermer mes yeux et pleurer… je comprend maintenant ce qu signifie la peur. Je mourrai pas bête c’est déjà quelque chose hein. Entre papa et maman qui sont au travail et qui ne nous donnent plus de nouvelles depuis bientôt trois ans, et Bajy qui se fiche de moi et son aîné justement pour aller draguer tandis que Esseï qui lui garde un minimum d’autorité sur moi et Bajy suite au fait qu’il soit en couple.

Donc, tout repose sur mes épaules, encore une fois… c’est à croire qu’on se fiche de se qu’il m’arrive. C’est comme si on ne savait pas que j’avais perdu les êtres qui m’étaient les plus chers à mes yeux. Les personnes qui ont fait de mon enfance un véritable bonheur. Je me demande si on mesure le degré de connerie des gens, parce que si on pouvait je paris qu’il serait très élevé et encore cela pourrait être pire. En fait, je suis reclus de leur société à la con. Personne jusqu’à là, ne m’a apprécié à ma juste valeur, j’ai juste été l’objet de moqueries ou un cas qui fait peur. Alors à quoi bon résister ? A quoi bon subir les nouvelles persécutions des civils. Je ne fais que retourner dans mon passé qui a fait de moi un délinquant. Je veux changer, mais je ne trouve personne m’appréciant à ma juste valeur, faut dire que je ne cherche pas beaucoup mais bon, si je suis le seul à faire des efforts je ne pourrai jamais être amical avec quelqu’un. Là, j’ai tremblé de tout mon corps, chaque muscle tendu comme une corde, près de lâcher, la respiration rapide, incontrôlable. L’air qui vient à manquer… Et ça s’est arrêté, d’un coup. Je ne pensais plus à rien et c’était à nouveau calme, le relâchement complet, comme si la tension avait été aspirée avec la vie de mes pauvres amis… L’inquiétude n’est venue que bien après, une heure ou deux plus tard. Je ne sais plus. Ce n’était pas le remord d’avoir laisser tomber mes amis, mais la crainte que je subisse le même sort. En fait, depuis leur mort je ne fais que radoter en disant que je veux crever, mais au fond je n’en ai aucune envie étant donné que je cherche le contact de personnes. Je ne suis pas net, mais j’espère que quelqu’un m’appréciera pour ce que je suis et que cette personne ait le pouvoir de me comprendre et satisfaire à mes besoins et pouvant être là quand la tristesse est maîtresse de mon corps. J’espère que cette personne existe, qu’elle est quelque part dans cette ville, qu’elle pense la même chose que moi. J’ai peut être l’air d’un gamin, mais ma vie ne s’est pas résumée à un passé ou on mendie je ne sait quel bonheur, c’est mon futur qui doit être voué au bonheur et rien d’autre. Mon passé à été tout ce qu’il y a de plus emmerdant, emmerdant si je ne compte pas Mackaz, Yuusuke et Yuka. Le présent et neutre, c’est comme pour le truc de l’atome. Il y a autant de charges négatives que de charges positives. Moi il y a eu autant de bonheur que de tristesse ce qui fait que je suis, aujourd’hui bloqué dans l’alignement et je veux en sortir pour basculer vers le bonheur. Si un jour, cela arrive je serai comment être reconnaissant. J’ai toute ma vie, mais si je reste actuellement à rien faire dans ma maison je sens que je n’aurai jamais un seul contact allons bon sortons ! Je pensais aller dans un coin pénard où je peux sûrement rencontrer une personne qui sera sûrement un ou une ami(e) ou bien l’amour même. Enfin, ce n’est pas prévu, je ne sais pas même pas qui je verrai ou croiserai. J’essaierai d’être le plus naturel possible histoire de ne pas faire trop peur aux gens. Ah ouais c’est vrai… je peux pas trop bouger mon bras droit, il est dans le plâtre et j’ai une profonde plaie dans l’épaule droite. Le bras cassé est du au fait que le judo n’est plus un sport pour moi. A l’origine j’suis censé m’adapter aux autres mais comme j’étais déconnecté bah c’est les autres qui ne se sont pas adaptés à moi, moralité mon bras a payé le prix fort. ET encore, je dois dire que ce n’est rien comparé à la plaie de sept centimètres de profondeur, dans mon épaule droite. Dû au fait que j’ai essayé de protéger Yuka de la balle de revolver qui a percé mon épaule et je me suis effondré sur le sol et la seconde balle a touché Yuka et la mort a été de mise pour la fille que j’aimais…

Quand je regarde cette plaie, je me reproche l’erreur de m’être effondré sur le sol. J’aurais très mal supporté l’impact d’une seconde balle, mais Yuka serait en vie aujourd’hui. J’ai encore, cette douleur amère qui s’envenime dans la plaie, c’est un poison qui me pourri chaque secondes de mon existence. C’est un comportement immature que je tiens là ? Bah allez ! Mettez vous à ma place. Vous êtes dans une banque, tranquille, et là y a des malades qui surgissent de partout, ils nous menacent et toi tu veux t’enfuir parce que tu as peur. Mais là c’est ta copine ou ton copain qui fuit et est sur le point de se prendre une balle dans le dos. Vous faites quoi ? Vous lui criez dessus pour qu’il ou elle arrête sa tentative désespérée ? Non ce n’est pas assez, en faisant cela vous aurez le droit de vous reprochez de n’avoir rien fait. Il fallait servir de bouclier à votre copain ou copine, quitte à se prendre une balle dans le cœur. Car quand on aime sérieusement quelqu’un, il n’est pas question de manquer de faiblesse, ni d’honneur, il faut agir selon nos premières paroles quand on déclare sa flamme soit « je serai prêt à tout pour toi » tel fut mes mots il y a des années. J’ai respecté mes paroles mais qu’à moitié, j’était censé protégé Yuka des braqueurs et tout ce que j’ai fait c’est m’effondré suite au bras de fer qu’opposait mon corps à la balle de revolver. Ouais bref, je vais pas vous emmerdez avec ma life peu passionnante hein ? Ok. J’en étais où ? Ah ouais, il parait qu’il y a un coin pas mal dans un petit bois très sympathique, alors autant en profiter hein. Ah mais, il est encore tôt, et je doute que des gens soient levé à 8 heure du mat’. Ah et merde, de toute façon j’arrive plus à faire dodo alors autant que je profite de l’air de la matinée. Sortant de ma maison à petits pas, fermant la porte laissant derrière moi Bajy et Esseï. Traversant l’allée rocailleuse je respirais doucement, en sentant mon souffle remplir ma poitrine et s’échapper par mes narines. L’inspiration était vigoureuse tandis que l’expiration, faible. La première était pleine de vie tandis que la seconde semblait liée à la mort. La forte inspiration venait toujours satisfaire le corps en proie de désir de recherche d’amis, mais un jour rien ne suivra l’expiration. L’air cesserait d’entrer et de sortir mon corps. Même mes os finiront par se désagréer.

Et mon esprit ? Où se rendrait-il ? Dans ton cul ? Ouais bah c’est une question dont je n’ai pas la réponse et seul Mackaz, Yuka et Yuusuke connaissent cette réponse qui doit faire autant de mal que de bien. Comme piqué au vif, mon corps se mit à se plaindre de la posture inconfortable que tenait mon bras droit. Mon ventre vide, ma gorge sèche je ne savais trop quoi penser. Aurais-je de la chance aujourd’hui ? Ou me ferais-je rejeté comme tant de fois. J’ai l’impression de me battre pour une cause perdue d’avance. Bon j’entre enfin dans ce petit bois et des oiseaux commençaient à s’échanger des appels dans les arbres. Après je vis un petit banc où certaines personnes s’assoient afin de faire une pause alors je m’exécutais et j’ai posé mes fesses dessus. Après un moment de silence où j’avais les yeux fermés, je les ouvrit furtivement et constata qu’il faisait de plus en plus clair. Ainsi le soleil arrive. JE ressentis une chaleur soudaine tandis que le soleil dégageait les hauts sommets dont ils étaient environnés. Les yeux entrouverts, j’ai trouvé la force de les ouvrirent complètement malgré le soleil qui commençait sa course céleste pour nous éclairer de son trône qu’est le ciel, ou l’espace si vous voulez. LA chaleur de la matinée rendait menaçant le démon du sommeil qui me guettait. Je me suis efforcé de le chasser, de le chasser en pratiquant l’inspiration et l’expiration de mon souffle.

J’entendis ensuite l’appel d’un oiseau insolite dans les branches, et là, mon stresse s’évacua légèrement. Perché au dessus de moi, l’animal ne m’était pas inconnu, c’était le Houou. L’oiseau me regarda de ses yeux resplendissants, ouvrit son bec jaune et poussa un nouveau cri. Une brise légère fit onduler les feuilles mortes. Un rayon de soleil arriva furtivement pour frapper mes yeux tel la morsure, bah du soleil. J’ai fermé les yeux pour me cacher du soleil, mais à ma grande surprise, quand je les ais rouverts, l’oiseau avait disparu… Dans ma main reposait une unique plume blanche aux extrémités teintées de rouge, comme si elle avait été trempée dans le sang. Soupirant, je n’ai pas refermé mon poing car je savais que quelque chose d’autre allait atterrir dedans. J’ai baissé la tête et dit d’un ton assez fort :


Ca sert à quoi de se lier d’amitié et d’amour si c’est pour perdre tout bonheur ensuite ?!


Je ne mesurai pas la gravité de mes paroles mais ce n’est pas grave. Cette question est destinée à la forêt entière, et peut être à la ou les personne(s) parcourant cet immense bois. Quelques larmes coulèrent le long de ma joue de façon à s’écraser sur mon plâtre et enfin j’ai murmuré un peu fort :

A quoi ça sert… apprenez moi je vous en supplie…


Au vent invisible de la forêt, très fort le cri du cerf frémit au fond du cœur, et quelque part un rameau laisse tomber au creux de ma main… une unique feuille…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helena Maaka

Helena Maaka

Messages : 163
Date d'inscription : 11/10/2009
Age : 28
Localisation : dans mon lit, entrain de dormir... ZzzZzzZzz

Fiche d'identitée
Relationship:
la classe/le métier: terminal
Les avertissements: 0

Levi is alone é_è  [Liiibre] Empty
MessageSujet: Re: Levi is alone é_è [Liiibre]   Levi is alone é_è  [Liiibre] I_icon_minitimeLun 26 Oct - 1:38

S’endormant la veille, Helena serra, comme à son habitude, la peluche que lui avait offert son père. Elle était seule dans la maison vide, essayant de trouver le sommeille dans le silence de la nuit. Cela c’était fait comme chaque soir, dans les larmes de culpabilité et de chagrin qui l’affaiblissaient et la faisaient dormir. Mais ces rêves étaient tout aussi horribles que d’essayer de dormir. Elle revoyait sans arrêt les flashs de l’accident. Son père heureux que sa fille gagne, passant un croisement pour aller manger. Et là, un homme grillant le feu, percutant la voiture de plein fouet. C’était toujours à ce moment là qu’elle se réveillait. Toujours à la même heure, toujours de la même manière. Elle sursautait, se réveillait en larme et en sueur, son cœur cognant contre sa poitrine et ses mains serrant fortement la couverture. Quelques secondes pour comprendre que ce n’était qu’un rêve et un chagrin immense qui la reprenait face à cette idée que jamais elle ne le reverrait. Déjà qu’elle grandissait sans sa mère, alors lorsqu’elle fut privée de son père, cela avait tout cassé en elle.

Se réveillant ce matin là à 7h, Helena décida de se lever et d’aller faire son jogging. Elle s’habilla avec un simple tee-shirt et un short de sport, avec son petit gilet car à cette heure là, il faisait froid. A sa ceinture elle avait une petite pochette contenant des morceaux de sucres pour lui redonner la pêche quand elle courait et elle enfila de même son attelle pour son genou. Prenant tout de même son petit déjeuné avant de partir, elle s’installa tranquillement à la cuisine avec son bol de céréale et son verre de jus d’orange. A la fin de tout cela, elle sortit de chez elle en fermant la porte et commença son footing. Il était maintenant 8h.
Un pied après l’autre, à allure plutôt soutenue, Helena courrait paisiblement dans le bois. Personne ne s’y trouvait, elle était tranquille, faisant son sport et sa rééducation de la journée. Elle courrait avec les oiseaux comme chœur à ses pas. Par moment, il lui arrivait de fermer les yeux lors de ligne droite, pour profiter au maximum de l’atmosphère du bois et de la nature qui l’entourait. Elle aimait tellement se sentir loin de ce monde, se sentir à part, dans un autre espace.

Ré-ouvrant les yeux, elle remarqua un point d’eau près d’un banc ou était installée un jeune homme. Gilet autour de sa taille, elle se pencha pour boire et entendit les paroles assez noires du garçon. Terminant ce qu’elle avait à faire, elle sortit un mouchoir de sa poche et s’agenouilla près du jeune homme. Sans rien lui dire, elle essuya les larmes qui perlaient sur son visage et passa un dernier coup sur son plâtre pour retirer l’eau qui s’y trouvait. Souriant délicatement au jeune homme, elle s’installa près de lui pour se reposer, tout en détachant son gilet et commença à parler.


- Je vois que ton moral est à zéro… Bienvenu au club… Je vais tenter de te répondre avec le plus de clarté possible et de bon sens, mais ce n’est pas gagné, car je suis un peu dans le même cas que toi… Les liens que tu crées avec les personnes peuvent t’aider à avancer, à marcher et même à te relever… D’ailleurs, c’est lors de moment pénible et très dur à surmonter que tu rends compte qui sont tes vrais amis… Parfois cela fait terriblement mal de voir que certain n’était que des profiteurs, ou bien que d’autre s’en moque totalement de toi dès que tu ne fais plus attention à eux à cause d’un problème qui te trotte dans la tête… Pour moi, un véritable ami sait quand tout va mal et sait ce qu’il faut faire pour redonner le sourire… Après faut-il encore le trouver… En tout cas, les amis sont de bon pilier pour se relever et se construire, quand tu en as…

Se tournant vers lui, elle lui passa un autre mouchoir s’il en avait besoin et lui adressa un autre sourire avant de reprendre.


- Pour ce qui est de l’amour, je ne pourrais pas te répondre… Mais pour moi, l’amour sert à connaître son goût… Il faut souvent se tromper de fruit pour savoir lequel est le meilleur et ne pas le louper… Après faut-il encore oser y goûter, quitte à ce que la dégustation ne dure qu’un temps et non l’éternité… Cela s’apprend avec le temps et avec les leçons de la vie… Après il faut juste savoir les trouver…

Se relevant, elle repartit boire de l’eau et lui fit un doux sourire avant de reprendre sa course, oubliant son gilet avec son porte feuille à l’intérieur. Tous ses papiers étaient dedans, mais elle n’y avait pas pensé, pensant que le gilet était toujours autour de sa taille. Elle reprit sa course dans le bois et allait certainement repasser devant le jeune homme, mais pas sur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leviath Okegawa

Leviath Okegawa

Messages : 211
Date d'inscription : 23/10/2009
Age : 25

Fiche d'identitée
Relationship:
la classe/le métier: Terminal
Les avertissements: 0

Levi is alone é_è  [Liiibre] Empty
MessageSujet: Re: Levi is alone é_è [Liiibre]   Levi is alone é_è  [Liiibre] I_icon_minitimeJeu 29 Oct - 18:23

Le temps commençait à se refroidir, le vent devenait plus épais. J'avais même pas pensé à mettre quelque chose de plus épais sur moi parce que maintenant je me les gèle. En plus, j'ai mon bras dans le plâtre qui me démange et me fait mal à la fois. Argh, j'suis maudit ! Y a des fois j'vous jure si on pense que je ne le fait pas exprès. Ouais bon, bah, j'ai l'impression que ce bois est aussi vide que ma tête, enfin c'est pas qu'une impression...il EST aussi vide que ma tête. Ayant toujours la tête baissée je me suis mit encore une fois à respirer, inspirer, expirer et ainsi de suite. Jamais j'aurais cru en arriver là. Je me nois dans mes pensées, pensant que tout est perdu et qu'il n'y a rien à faire pour remonter. Mais pourtant, je jous les aveugles, je sais qu'il y a quelque chose. Il y a bien certaines choses auquelles je peux m'accrocher enfin pour l'instant c'est assez flou. Soupirant deux ou trois fois, je m'apprêtais à me lever quand j'ai sentis la présence de quelqu'un, non pas loins mais proche. Tournant la tête je sentis un espèce de mouchoir passer le long de ma joue. Ce mouchoir blanc avait pour but d'essayer mes larmes ? Impressionant, j'ai l'air d'un petit gamin qui découvre le monde mais en fait ce que je ressens là c'est comme si on venait de me faire un cadeau de noel (hu hu xDD). J'arrive pas à le croire, même les larmes qui s'étaient éclatés sur mon plâre ont disparu. Qui c'est qui a fait ça ? Tournant à nouveau ma tête j'apperçus tout de même la jeune fille qui avait séché mes larmes. Etant un peu gêné, je ne savais quoi dire ? MAis pourquoi parler ? Elle parlait elle même. Alors soyons galant et laissons la parler si tu veux pas avoir une claque. Chaque mots qu'elle sortait avaient balayé les paroles de Leviath, elle avait raison et c'est ce sentiment d'amitié qu'il avait eu entre Mackaz et Yuusuke. Tandis que Yuka, elle s'était l'amour. Elle avait l'air d'être passé par là où je me trouve en ce moment...dans la merde dans la solitude. Je patoge dedans sans savoir comment m'en sortir. Ah mais j'y pense, elle, c'est la seule qui, depuis mon arrivé en ces lieus m'a adressé la parole et ne m'a pas regardé du mauvais oeil.
Elle disait vrai, et elle est tellement vite que je n'ai pas pu en placer une qu'elle se remit à parler. J'allais être contrarié ? Non pas pour si peu, j'ai tout de même souris pour montrer que j'étais captivé par ce qu'elle disait, enfin c'pas qu'une impression. J'allais encore parler mais voilà qu'elle mit les voiles. La regardant s'éloigner, elle est si sympathique si attention que...que...elle a oublié ses affaires ._." ! Ne me pressant pas je savais que même avec mon handicap du bras droit je pourrai la rattraper. Regardant dans sa veste je pris d'un air interrogé une carte d'identité. Helena Maaka 19 ans. Ouais ouais, bon bah j'ai une dette envers cette Helena maintenant qu'elle a fait l'effort de me remonter un peu le moral. Mais un peu, c'est déjà trop. Allons, me levant j'ai marché assez rapidement, assez rapide pour mettre ma main sur son épaule et la retourner doucement. Merde, que dois-je faire ? J'ai fait le con, j'aurais du réfléchir à ce que je devais lui dire avant de la retourner. Ouais bon, je me suis mordu la lèvre inférieur et lui ai tendu d'un air un peu timide ses affaires qu'elle avait laissé auprès de moi. Lâchant un grand soupire non pas comme si elle m'énervait mais de façon à ce qu'on puisse voir que j'ai eu de la chance. Mais je peux pas en rester là, j'ai fouillé dans ses affaires, sa vaut la peine de s'excuser et de se présenter à son tour.


Je...j'a...j'ai fouillé intentionellement dans...tes affaires...et...bah. Enfin.. je m'appelle...Leviath Okegawa. Ravis... de te rencontrer...Helena Maaka


Je suis...un vrai...crétin. Comment ais-je pu hésiter à ce point afin de lui adresser la parole. Me grattant la tête d'un air gêné je me suis assis sur le second banc qui se présentait à moi quand j'ai tourné mes yeux vers la gauche. m'asseyant doucement je me suis remis à parler de façon autonome.

J'ai 18 ans, j'espère que tu m'en voudras pas d'avoir fouillé dans tes affaires...? Enfin, tu habites où ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helena Maaka

Helena Maaka

Messages : 163
Date d'inscription : 11/10/2009
Age : 28
Localisation : dans mon lit, entrain de dormir... ZzzZzzZzz

Fiche d'identitée
Relationship:
la classe/le métier: terminal
Les avertissements: 0

Levi is alone é_è  [Liiibre] Empty
MessageSujet: Re: Levi is alone é_è [Liiibre]   Levi is alone é_è  [Liiibre] I_icon_minitimeJeu 29 Oct - 19:06

Reprenant sa course, Helena venait de remettre son casque pour la musique. Son baladeur était accroché à sa ceinture, donc aucun doute pour le perdre. Ce qu’elle ne captait pas encore était qu’elle n’avait plus son gilet autour de sa taille. Elle courait à allure lente, ne faisant attention à rien d’autre et mesurant le degré de douleur de son genou. Maudit genou, toujours à lui faire mal lorsqu’elle désirait faire du sport, mais là, la douleur commençait un peu trop à la lancer. Alors, voulant prendre ses cachets, elle tatouilla sur ses fesses, ne sentant pas son gilet. Un petit doute, un coup d’œil vers le bas, non, elle avait bien oublié son gilet. Alors en même temps qu’elle se mit à ralentir, elle sentit une main se poser sur son épaule pour la stopper. Tournant la tête vers le jeune homme, elle retira son casque pour l’écouter, observant qu’il s’agissait de cet homme qu’elle avait vu tout à l’heure, et à qui elle avait parlé. Lui adressant un joli sourire, elle s’arrêta et l’écouta attentivement, voyant qu’il tenait son gilet. Elle se rappela alors qu’elle l’avait déposé sur le côté en s’asseyant sur le banc pour lui parler. Elle était vraiment tête en l’air là dessus.

Ecoutant attentivement ce qu’il avait à lui raconter, Helena fut contente de voir qu’il égalisait les informations entre eux. Il avait du fouiller pour trouver une chose, afin de la retrouver. Il ne semblait pas le genre à voler ou autre, alors Helena savait parfaitement que cela n’était pas méchamment qu’il avait fouillé dans ses affaires. En plus, gêné comme il était, il était tellement adorable, on ne pouvait pas lui en vouloir, c’était clair. En plus, cela se sentait qu’il était gêné, il était tout timide et se demandait quoi faire. Alors, le suivant sur le banc, m’installant près de lui, je lui adressa un petit sourire avant de récupérer ma veste pour lui répondre ensuite.


- Enchanté de même Leviath. Je ne t’en veux pas car je pense que j’aurais eu le même réflexe que toi, en voyant le gilet… De plus, tu ne l’as pas fait avec de mauvaise intention, alors je ne t’en veux absolument pas. J’habite dans les quartiers résidentiels, non loin du lycée ou je suis. C’est une petite maison simple, mais assez grande pour au moins cinq personnes… Mais j’y vis seule. Et toi, tu habite ou ?

Lui adressant un petit sourire, Helena sortit une boite de sa poche et y prit deux comprimés qu’elle avala. C’était pour son genou, pour que la douleur ne soit plus aussi forte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leviath Okegawa

Leviath Okegawa

Messages : 211
Date d'inscription : 23/10/2009
Age : 25

Fiche d'identitée
Relationship:
la classe/le métier: Terminal
Les avertissements: 0

Levi is alone é_è  [Liiibre] Empty
MessageSujet: Re: Levi is alone é_è [Liiibre]   Levi is alone é_è  [Liiibre] I_icon_minitimeJeu 29 Oct - 22:27

Titanesques tels les nuages qui surplombent leur tête, puissants tels le vent qui fracasse le moindre obstacle et discret tels le soleil qui des cieux se cache avec toujours la même grandiloquence. Sous un soleil tapant ,brise d'été en pays chaud ~ dans ce paysage peuplé d'arbres et verdures en tout genre : deux silhouettes se dessinaient au loin. Celles-ci étaient plus ou moins communes, ouais enfin, c'est la fameuse Helena et moi même. J'ai l'impression que jusque là, elle a été la personne la plus attentive à mes paroles. Mais je sais qu'il existe quelque part une personne qui peut me comprendre mieux que quiconque. Soufflant un peu, respirant un peu, j'ai laissé le vent me giffler comme si de rien n'était. Mes cheveux virvoletants de droite à gauche. Mes yeux bleus refletants les océans suivant les nuages qui défilaient dans le ciel. Je les suivais jusqu' poser mon regard sur le soleil à l'energie éternelle. Baissant rapidement la tête je me sens stupide d'avoir fixer le soleil trop longtemps. Raa, j'ai voulu la joué à la héros mais voilà ce qui arrive quand on attrape la grosse tête. Ouais bon c'pas tout mais elle me parle là et faudrait que je sois à son écoute. Reportant donc mon attention sur la jeune femme, écoutant "attentivelent" ses paroles. Ouais bon, tant mieux elle m'en veux pas. J'aurais eu d'énormes regrets. En plus elle aurait fait de même alors j'ai pas à m'en faire. Souriant en laissant voir très légèrement mes dents, je me suis mis à frotter lentement mon bras. Et enfin j'appris quelle habitait pas loins du lycée dans lequel elle était. Bah tiens, j'y suis aussi, haha. Elle habite seule dans une maison ? bah moi j'habite aussi dans une maison mais avec deux abrutis =_=. Bah rien u'à la voi on peut voir dans ses yeux les aventures et mésaventures qu'elle a traversé. Bon à mon tour, d'un air calme, mes lèvres se sont misent à remuer toute seul pour prendre la parole:

Moi, j'habite avec mes deux frères dans une maison un peu éloignée de la ville. C'est plutôt calme mais je dois avouer que mes relations avec mes frères ne le sont pas.


[i]Faut pas que je m'arrêtes là, c'est déjà trop bien partis. Je suis sur le point de gagner l'amitié d'une personne, et j'peux pas renoncer à ça ! faisant un sourire mais aussi une tête de quelqu'un qui essaye de trouver ses mots, j'avais l'air d'un véritable abruti mais c'pas grave, si cela peut la faire rire.


Euh...Comment dire... tu fais quoi ici si tôt ? Et puis, qu'est ce qui t'as poussé à venir me voir en fait ?


[i]Clap, clap, clap, Leviath, c'est bien t'as tout compris aux femmes..la prochaine fois fermes ta gueule ok ?...


Sorry, j'veux pas corriger les fautes é_è
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helena Maaka

Helena Maaka

Messages : 163
Date d'inscription : 11/10/2009
Age : 28
Localisation : dans mon lit, entrain de dormir... ZzzZzzZzz

Fiche d'identitée
Relationship:
la classe/le métier: terminal
Les avertissements: 0

Levi is alone é_è  [Liiibre] Empty
MessageSujet: Re: Levi is alone é_è [Liiibre]   Levi is alone é_è  [Liiibre] I_icon_minitimeJeu 29 Oct - 23:15

L’écoutant attentivement, Helena lui adressa quelques sourires par moment. Elle voyait bien qu’il se sentait mal à l’aise, ou du moins gêné. Il ne devait pas souvent parler avec d’autres personnes que ses frères. Mais heureusement ou non pour lui, il vivait avec quelqu’un. Etre seule dans une maison n’était pas facile tous les jours, surtout la nuit quand un bruit étrange vous réveille. Vous n’osez pas trop descendre et pas de présence masculine pour vous rassurer. Ou à réveiller pour vous aider. Généralement c’était la demoiselle en nuisette qui descendait, lampe et objet trouvé sur le chemin, à la main, regardant partout s’il n’y avait personne et observant uniquement une branche qui frappait au carreau. Branche qui le lendemain était coupée. Enfin bref, ne traînons pas trop sur les petits détailles qui font toute l’indifférence de mes paroles. Allons à l’essentiel et découvrons de nouveau ce qui se passe en ce moment, dans le bois.

La demoiselle écoutait attentivement toujours, elle ne ratait pas une miette de ce qu’il pouvait dire. Elle sentait qu’il se sentait bête alors que pas du tout, au contraire, il était juste un peu timide et sur le coup, il se perdait dans ce qu’il voulait dire. D’ailleurs, il semblait ne pas vouloir qu’elle parte, ne pas vouloir que la conversation s’arrête là. Il ne savait plus trop quoi dire mais cherchait pour pouvoir la retenir. Elle remarqua bien qu’il ne devait pas voir de monde en dehors de ses frères, et être son amie ne la dérangerait pas du tout. Bien au contraire même, on avait toujours besoin d’un ami sur qui compter et avec qui parler, donc pourquoi pas lui et pourquoi pas elle. Même un petit ami ou une petite amie ne pouvait pas être l’ami de confidence absolue. Enfin bref, j’arrête de m’égarer et je continue l’histoire.


- Tu n’habites pas si loin que cela de chez moi !… Sinon, je viens ici très tôt pour courir. Normalement je le fais tous les samedis matin, mais là, je n’arrivais pas à trouver le sommeil, nuit très agitée… Donc j’en ai profité pour venir faire ma rééducation qui se fait en deux étapes, courir et après piscine… Mon genou est encore faible mais je récupère petit à petit… Cela fait deux ans que je m’entraîne, j’ai du tout réapprendre avec cette jambe… Maintenant je marche, je cours, mais par moment j’ai encore des douleurs et je prends des cachets pour calmer cette douleur… Et ce qui m’a poussé à venir te parler est que… Tu m’as fais penser à moi… J’étais dans la même situation de pensée que toi et je n’ai trouvé personne à qui parler, ni personne pour me remonter le moral… Alors j’ai pensée qu’être là pour toi pouvait t’aider, je l’espère… Je n’ai pas énormément d’ami, mais aucun, si l’on veut, alors pourquoi ne pas s’en faire en commençant par toi et en te montrant d’entrer de jeu que je suis comme toi… Parfois c’est plus simple de parler à une inconnue qu’à quelqu’un qu’on connaît de trop… Il n’y a pas de jugement quand cela vient de l’extérieure… Tu ne trouves pas ?… J’ai pas mal d’idée théorique, des fois, ne fais pas trop attention… Les idées fusent et je ne me tais plus, alors que normalement je suis une muette !…Là, c’est plutôt la mouette à laquelle je m’approche…

Helena se mit à rire bêtement, un rire de gêne mais d’amusement à la fois. Elle se sentait idiote, mais elle espérait que cela apaiserait le jeune Leviath et qu’il se détendrait aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leviath Okegawa

Leviath Okegawa

Messages : 211
Date d'inscription : 23/10/2009
Age : 25

Fiche d'identitée
Relationship:
la classe/le métier: Terminal
Les avertissements: 0

Levi is alone é_è  [Liiibre] Empty
MessageSujet: Re: Levi is alone é_è [Liiibre]   Levi is alone é_è  [Liiibre] I_icon_minitimeLun 2 Nov - 21:24

Soleil de plomb à la con. Je transpire déjà et encore, ce n’est que la matinée alors j’imagine pas l’aprèm’. Y a que le soir pour me rafraîchir. Je veux pêcher, mais avec un bras c’pas très pratique, et puis, je vais avoir l’air con mais je veux qu’il pleuve. Bah ouais, j’en ai déjà mar du soleil, j’veux qu’une pluie torrentielle frappe la ville de plein fouer, que mes cheveux tombent devant mes yeux, que l’eau perle de tout mon corps. Bon arrêtons les idées farfelues et reprenons nous un peu. Les raisons de Helena sont assez troubles mais je comprends quand même son passage en ces lieus. Fallait vraiment que je me pince, telle fut ma réaction d’ailleurs… Ouais bah excusez-moi, mais à Kyoto je fus l’objet de moqueries, ou on me tenait à distance. Alors qu’ici, j’ai l’air d’être enfin reconnu comme étant un homme normale. Enfin je me sens revivre, j’ai l’impression que toute la tristesse, toute la peur qui s’était accumulée en moi a été évacuée instantanément. Je jouis de ma première seconde de bonheur en laissant s’échapper de mes yeux quelques larmes de joie. J’ai l’air bête ? Merci on me le dit souvent. Aah, je sens que le bonheur refait surface, ce que je peux dire en m’appuyant sur mon sourir non pas habituel c’est…

Merci, chere Helena.


Me relevant, je tandis alors ma main à Helena. Ainsi elle vivait seule ? Erf… C’pas toujours facile de vivre dans une maison on est seul dedans. J’ai fait une petite grimace traduisant le fait que je compatissais avec elle, après quoi j’eus un petit ricanement enfantin afin de la faire sourire.
Elle a un humour particulier que j'apprécie moi même, j'espère autant la faire rire avec le mien.
Là, mes méninges ont travaillé toutes seules, et mes lèvres remuèrent toutes seules afin de poser une question


Tu veux te promener ? Histoire de faire connaissance ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helena Maaka

Helena Maaka

Messages : 163
Date d'inscription : 11/10/2009
Age : 28
Localisation : dans mon lit, entrain de dormir... ZzzZzzZzz

Fiche d'identitée
Relationship:
la classe/le métier: terminal
Les avertissements: 0

Levi is alone é_è  [Liiibre] Empty
MessageSujet: Re: Levi is alone é_è [Liiibre]   Levi is alone é_è  [Liiibre] I_icon_minitimeMar 3 Nov - 14:55

En parlant, elle repensait à toute sa vie, elle repensait au moment difficile et à ce qu’elle avait enduré. Deux ans pour retrouver la mobilité de sa jambe, deux ans pour une jambe, à cause d’un chauffard qui venait de griller un feu. Comme quoi, une simple petite chose peut gâcher toute une vie, et cela, les personnes ne le voient que très peu. On se dit qu’on est jeune, qu’on a la vie devant nous, mais pas du tout. Tout peut arriver en une fraction de seconde, tout peut être possible. On espère gagner une minute ou deux, voir même quelques secondes, et ce qu’on récolte, c’est une vie de partie, une vie de gâché. On s’amuse, on s’éclate, on se croit invincible, mais ce n’est pas le cas, tout peut arriver. Il suffit d’être au mauvais endroit, au mauvais moment, et c’est la fin. Appelez cela comme vous voulez, le destin, le hasard, mais en attendant, le résultat est le même. On ne voit le danger que lorsqu’on arrive dessus, on ne voit le danger que lorsqu’on l’a vécu. C’est à ce demander qu’en est-ce qu’on se dira qu’il faut arrêter ou être responsable, pour justement évité ce danger. Helena avait été victime de l’un d’eux, un homme croyant simplement griller un feu, alors qu’à l’arrivé, c’est une vie en moins et une vie gâchée qu’il avait réussi à faire.

Relevant la tête, sortant de ses idées noires, elle adressa un petit sourire à Leviath pour son « merci » qu’elle ne comprenait pas totalement. Elle n’avait fait qu’être là pour une personne qui en avait besoin, c’était ce qu’elle savait faire de mieux. Etre là pour les autres et essayer de leur redonner le moral. C’était ce qu’elle aimait faire aussi. Alors lorsqu’il se leva et lui tendit la main, elle lui adressa un petit sourire et plongea sa main dans la sienne. Les deux paumes se frôlèrent jusqu’à être superposé, avant que ses doigts ne se plie pour resserrer l’étreinte. Elle voyait bien qu’il compatissait pour elle, mais elle n’en avait pas besoin, le plus important était qu’il avait le sourire, et un vrai, pas le genre de sourire qui cache notre tristesse. Donc, elle se releva, tenant la main du jeune homme amicalement, et l’écouta avant de lui répondre.


- C’est une très bonne idée, je veux bien… Et si tu veux faire ma connaissance alors pose-moi des questions et j’en ferais de même… Si tu veux, je commence… Tu es venu dans ce lycée pourquoi ? … Pour la part, c’est parce que j’ai l’age de vivre seul et cela m’a permit d’échapper à ma tante, et surtout à son mari pervers… Si tu voyais comment il me regarde, j’en ai des frissons dans le dos… Alors comme ma tante ne me supportait plus, et moi de même, je suis partie vivre dans mon ancienne maison et comme le lycée est tout proche, je m’y suis inscrite ! … A toi !

Lui souriant, elle commença à marcher tranquillement avec lui, observant la nature autour d’eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leviath Okegawa

Leviath Okegawa

Messages : 211
Date d'inscription : 23/10/2009
Age : 25

Fiche d'identitée
Relationship:
la classe/le métier: Terminal
Les avertissements: 0

Levi is alone é_è  [Liiibre] Empty
MessageSujet: Re: Levi is alone é_è [Liiibre]   Levi is alone é_è  [Liiibre] I_icon_minitimeMer 4 Nov - 14:07

Continuant de marcher, on s’éloignait peu à peu de la ville, mais surtout de la forêt,tournant ma tête, je vis un ruisseau qui s’écoulait de la source et emmenant Helena, nous l’avions suivis un moment pour voir que son cours serpentait entre les buttes arrondies. Le soleil est arrivé, et il déclinait à l’orient et mon ombre s’allongeait démesurément devant nous. Le ruisseau s’élargit et se mit à couler lentement. D’un coup, nous nous sommes retrouvés dans une plaine similaire à une campagne cultivée. De petits champs avaient été délimités par le calcaire, munis de levées et remplis du limon de la source, où les jeunes plants verdoyaient. Au bout de la levée, se dressait une modeste colline. Sa partie inférieure, recouverte d’arbre lui donnait l’air d’un animal hirsute. Des rochers noirâtres et escarpés la couronnaient. C’est fou ce que la nature est belle, mais pour moi, la femme est d’autant plus belle. En fait, la femme a comme un lien parenté avec la flore (j’sais plus comment on l’écrit xD) naissante. Regardant Helena, je l’ai comparé à cette majestueuse colline qui servait de perchoir au soleil, et je ne vois pas de différence, elles sont jumelles. Elles sont très belles. Et oh, je dis la vérité moi hein ! Je ne suis pas du genre à cacher les compliments que je peux dire aux autres. Vous me croyez stupide ? Ah mais vous êtes chiant à la fin, laissez moi être comme je suis ! Je n’ai pas demandé votre avis ! Quoi que je voudrais bien celui d’Helena. Hu, hu, hu, j’commence à avoir vraiment chaud là ><, j’vais pas me mettre en t-shirt devant elle, sinon elle va croire que je veux frimer et après ça va partir en c….. Enfin on se comprend. Bon, j’ne vais pas me décourager pour si peu hein ? Allé, ayant un peu de mal à enlever ma petite veste suite à mon plâtre, je serrais un peu les dents, la bouche toujours fermée. Ouf, j’ai réussi… normalement dans quelques jours je peux enlever le plâtre mais plus de judo durant quelques mois. Enfin du moment que je fais d’autres rencontres merveilleuses comme celle là actuellement, je n’aurai pas vraiment à me plaindre. Restant à côté d’Helena, je décide une nouvelle fois de me poser, mais cette fois-ci sur cette herbe si verte et si pure, je m’allonge sur le sol. Là, au contact entre l’herbe et mon plâtre, je ne sentis plus aucune douleur, c’est comme si mon os s’était replacé. J’essais ? Ok… Y a un petit rocher à côté de moi et bah qu’est ce que je fais ? J’ai explosé furtivement mon plâtre dessus (j’en avais mare du plâtre ><).

J’espère qu’elle n’a rien vu, j’voudrais pas l’inquiéter pour ça. Ouais enfin c’est sûr qu’on croise rarement des gens qui pètent leur plâtre comme ça. Mais je ne sais pas pourquoi… c’est soit grâce au sentiment inconnu que j’ai ressenti au contact du sol, ou soit à la présence de Helena. Je ne sais pas vraiment mais en la regardant j’ai fait un signe de la tête qui s’est appuyé d’un sourire pour l’apaiser. Bien, elle m’a pose beaucoup de questions, mais j’ai été attristé par le fait qu’elle me raconte son pénible passé. Une chose m’avait surpris franchement je voulais savoir cette fois-ci quelque chose. Je n’ai fait aucune grimace comme quoi je compatissais à sa solitude, ma seule réaction fut de poser ma main sur épaule en disant :


Woh, excuses-moi… Franchement, je ne savais pas que tes relations familiales étaient tendues…
|/color]

Je ne savais que les relations familiales pouvaient être si tendue, ça me met mal à l’aise, je voudrais aider cette personne mais je ne sais pas comment justement… Elle m’a tiré de me mon enfer je pourrais faire de même si cependant elle accepte. Je voudrais pas non plus foutre la merde dans sa vie ce serait vraiment impardonnable de ma part et après je peux sombrer une nouvelle fois dans les abysses de la solitude.Je ne savais pas qu’on ne pouvait pas entreprendre pas de bonnes relations avec les proches de sa famille, enfin si on a des amis c’est mieux que rien. Et un amour c’est toujours mieux aussi. Quand j’y pense, certaines personnes dénoncent l’amour comme étant une tyrannie, et que c’est la cause de nombreux conflit. Mais franchement, on a chacun notre point de vue. Le mien, c’est que c’est un sentiment indispensable pour l’humain. Bon faut que je me reprenne et que je laisse tomber les bonnes pensées de côté pour l’instant, là, y a une personne à qui je veux proposer mon aide… Enfin, ce qui est bien dans tout ça, c’est qu’elle n’habite pas très loin de chez moi. Alors je pourrai lui rendre visite si elle s’ennuie. M’allongeant dans l’herbe fine, j’ai posé un de mes bras sur mon ventre tandis que l’autre était derrière ma tête. Regardant les nuages défilaient, le soleil se faisait plus beau et était perché au dessus de cette majestueuse colline, après quoi j’ai déposé mon regard sur Helena pour voir ce qu’elle fabriquait, rien ? Bien je pense que c’est à moi de lui répondre cette fois-ci

[color=blue]
Pourquoi je suis venu à ce lycée ? Et bien, c’est un peu long mais je veux bien t’expliquer. A l’origine je viens de Kyoto, là-bas j’avais deux amis, plus une personne qui était ma petite amie. Bah j’pense que t’as du entendre parler de ce braquage qui a fait trop morts plus un blessé.


Décalant ma manche (à partir de l’épaule) sur la droite, j’ai laissé voir Helena la plaie qui était gravée dans ma chaire. C’était pas très profond, mais rien qu’en regardant, on s’aperçois déjà que la douleur était bien grande quand j’ai reçus cette balle, mais la suite était bien plus grande. Laissant couler un larme involontairement, j’ai serré mes dents dans l’espoir de ne pas montrer ma tristesse, mais c’est peine perdu, c’est à peine si elle avait comprit que…

Les…trois morts… c’est mes…de-deux amis et ma…petite amie…


Oui bah voilà, c’est la première personne à qui j’en parle ouvertement et en laissant tomber quelques larmes, j’ai l’air d’un abruti finit mais là je l’avoue. Pleurer pour une chose appartenant au passé c’est nul, mais en fait, cette chose appartenant au passé, je ne peux pas m’en détacher car à l’époque, c’est ces trois personnes qui ont fait de moi une personne heureux. Me reprenant, il fallait donc que je termine « mon récit ».

Ensuite… j’ai adopté involontairement une expression neutre sur mon visage, c’est là que le nouveau malheur a débuté. J’étais vu comme étant une machine à tuer sans expression alors que je ne recherchais que le contact. Après, y a mes parents qui m’ont laissé tombé avec mes deux frères car ils avaient soit disant trop de travail. La maison qu’ils nous ont laissé est justement un peu plus loin que le lycée. Je suis arrivé avant-hier. Je suis ici pas que pour la maison ni pour les études, mais principalement pour chercher une nouvelle fois le contact de plusieurs personne pouvant me comprendre sans me craindre. Enfin voilà le comment du pourquoi de ma venue (je me suis embrouillé là xD).


Essuyant mes larmes, j’ai adressé un sourire à Helena reflétant une phrase : C’est toi qui m’a sortit de cet enfer la première. La tristesse avait instantanément disparue de mon visage, la présence d’Helena avait détruit la moindre trace de tristesse, mais allez savoir si c’est temporaire ou définitif. Pour tuer le temps, voilà que je me suis mis à siffler un air de musique… Je deviens fou sérieux, pourquoi je me met à siffler, en y réfléchissant ce n’est pas pour tuer le temps en fait, c’est pour x raisons j’ai envie de siffler. Kaerimichi de Younha, une musique un peu sad mais c’pas grave parce que j’aime bien cette chanson. On dit que je siffle vraiment bien, mais je n’en suis pas si sûr hein. Après deux minutes j’ai lâché le rythme afin de changer d’air. Hiera Kuhito de Garnet Crow. Après deux trois minutes j’ai arrêté sinon Helena allait se sentir seule, je peux pas me le permettre quand même.[/i)

[i]
Dis-moi, tu peux compter sur tes amis et ton petit ami au moins ?


Mon petit Levi… ressaisis toi espèce de con… le « ton petit ami » n’était pas obligé d’etre mentionné, quoi que si elle en a un t’as de la chance si elle en a pas elle va être triste. Ouais ouais j’ai compris ! je rattraperai ma gaffe s’il le faut…

[edit: on va dire que la plâtre, ma réeducation était fini o_o]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helena Maaka

Helena Maaka

Messages : 163
Date d'inscription : 11/10/2009
Age : 28
Localisation : dans mon lit, entrain de dormir... ZzzZzzZzz

Fiche d'identitée
Relationship:
la classe/le métier: terminal
Les avertissements: 0

Levi is alone é_è  [Liiibre] Empty
MessageSujet: Re: Levi is alone é_è [Liiibre]   Levi is alone é_è  [Liiibre] I_icon_minitimeMer 4 Nov - 15:06

Ne lâchant pas Leviath, le suivant là où il l’emmenait, elle fut surprise par la vu qui s’offrait à eux. Comme si ce petit coin de paradis était mis à par du monde. C’était un enchantement, un vrai petit bout de terre à par, qui attendait sagement qu’on le découvre pour se dévoiler à nos yeux. Rien à dire, ici habitait un sentiment d’harmonie dans la nature, ou chaque espèce, roche ou plante, vivait dans une union parfaite pour nous offrir ce spectacle. La nature était vraiment bien faite, contrairement à la vie. Cet endroit allait devenir son coin préféré, là où elle aimait aller se reposer et réfléchir sur elle-même et son passé. Car il est vrai que lorsqu’on est seul au beau milieu de la nature, on pense énormément à notre vie, à ce que l’on est et le pourquoi de toutes ces choses. Le passé refait surface dans les moments de solitude, et cela était très présent chez Helena lorsqu’elle retournait chez elle. Cette maison lui rappelait tellement de souvenir avec son père, c’était si dur et en même temps tellement apaisant. C’est une émotion qui nous blesse et en même temps qui nous apaise, une sensation de douceur qui nous pèse. C’était à peu près cela qu’elle ressentait en allant chez elle. En allant faire ses devoirs ou en allant se coucher. Enfin bref, il faut retourner à l’histoire maintenant et ne pas se perdre dans ses pensées.

Le regardant s’allonger dans l’herbe, Helena en fit de même, sentant cette douceur longer son corps. Ses mains caressèrent l’herbe, tendit que ses doigts se faufilaient entre les brindilles. Respirant profondément, elle entendit un bruit et tourna la tête. C’était Leviath qui venait de briser ce plâtre qui l’énervait. Elle le comprenait parfaitement, elle savait à quel point cela était insoutenable de ne pas avoir la mobilité de son bras ou dans son cas, de sa jambe. Mais Helena ne s’inquiéta pas pour lui, elle savait qu’il était raisonnable et que s’il venait de le faire, c’était parce qu’il était à la fin. De plus, Helena sentit qu’il avait de la peine pour elle et qu’il aurait aimé l’aider, mais son problème n’était pas si grave. Enfin pour elle, c’était le cas car le mari de sa tante n’allait pas venir jusqu’à chez elle, quand même pas. Si ?… Enfin bref, elle le laissa partir dans ses pensées pendant qu’elle aussi repensait à son père. Elle se souvenait de ces petits moments joyeux dans le parc ou au bord de la mer. Tellement de souvenir qui égayait son cœur. Mais bon, maintenant c’était à elle d’écouter ce que Leviath avait à lui dire. Et ce fut un choque que de savoir qu’il était la victime cette histoire à la télé, lui et ses amis, avec son amour. Cela devait être terrible pour lui, elle comprenait maintenant pourquoi il était ainsi. Voir la personne qu’on aime le plus mourir sous ses yeux, c’était la chose la plus horrible qu’il soit possible d’avoir. Le seul réflexe qu’elle est eue lorsqu’il lui montra sa cicatrice fut de passer ses doigts dessus. Lui montrer qu’elle n’avait pas peur de cela et qu’elle compatissait à sa douleur.

Le regardant dans les yeux, elle le vit commencer à pleurer, enfin plutôt des larmes qui se déversaient. Elle le comprenait parfaitement, elle savait parfaitement ce qu’il ressentait. Pour Helena, elle n’avait pas connu sa mère, morte en la mettant au monde, et elle avait vu son père mourir dans la voiture avec elle. Elle savait ce qu’était cette souffrance, surtout lorsque cela arrive dans un tel cas. Ils étaient innocents, ils n’avaient rien fait de mal, et un homme vient tout gâcher dans leur vie. Prise d’une envie étrange, elle lui adressa un sourire et l’enlaça. Elle ne savait pas pourquoi mais elle l’enlaça, le serrant délicatement contre elle, fermant les yeux pour ne pas pleurer. Elle le prenait uniquement dans ses bras pour lui montrer que maintenant, tout était fini. Il n’y avait plus de problème, tout allait bien maintenant, il pouvait recommencer à vivre. Mais cet enlacement ne fut pas éternel, elle l’arrêta et lui fit un doux sourire, effaçant les dernières larmes qui restaient sur sa joue. Et lorsqu’il se mit à siffler, elle lui sourit et fut un peu bloquer à sa question.


- Tu viens de siffler Kaerimichi de Younha avant d’enchaîner avec Hiera Kuhito de Garnet Crow… Sinon pour répondre à ta question, je n’ai pas d’ami… j’ai uniquement fait quelques rencontre hier au parc, mais sinon, je n’ai pas d’ami à proprement parlé… Ils m’ont tous lâché lorsque je ne pouvais plus faire de gymnastique rythmique, et donc, que je n’avais plus assez de rentré d’argent… Et en ce qui concerne le petit ami, il m’a trompé avec ma soit disant meilleure amie… Mais cela date d’il y a deux ans, donc j’ai tourné la page… Comme quoi, un accident peut vous faire ouvrire les yeux…

Souriant un peu tristement, Helena se reprit et essaya d’oublier cela. A son réveille, personne à son chevet, personne pour être là pour elle. Elle était toute seule et lorsqu’elle essayait de joindre un ami, répondeur. Il y en a même certain qui avait bloqué son numéro et d’autre qui disait ne pas la connaître. Elle avait pas mal d’amis avant, mais ce n’étaient que des rapaces qui en voulaient à son argent, rien d’autre. D’une manière, cet accident lui a permit de voir qui étaient ses vrais amis.

- Mais cela a du être très dure pour toi de perdre ta petite amie et tes amis… je te comprends que trop bien… Mais pour ce qui est de la famille, je n’ai pas connu ma mère… Elle est morte en me mettant au monde… Et pour ce qui est de mon père, je l’ai perdu il y a deux ans, dans l’accident qui a gâché ma vie… Un homme a grillé un feu et nous a percuté… Ma jambe est restée bloqué dans la taule mais mon père… la voiture a tapé en plein sur lui… j’ai tout vu… j’aurais aimé tout oublier mais cela est impossible… cette image continue de me hanter chaque soir… Sa présence me manque, il était le seul à être là pour moi à chaque fois que rien n’allait…

Helena n’arriva pas à continuer de parler, ses larmes se mirent à couler avant de se changer en pleure. Elle essayait de se retenir mais impossible, elle avait tellement emmagasiné en elle qu’il fallait que cela sorte. Mais elle ne voulait pas déranger ce pauvre Leviath. Il avait assez de chose à penser pour en plus devoir la consoler.

- Désolée… sa va passer…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leviath Okegawa

Leviath Okegawa

Messages : 211
Date d'inscription : 23/10/2009
Age : 25

Fiche d'identitée
Relationship:
la classe/le métier: Terminal
Les avertissements: 0

Levi is alone é_è  [Liiibre] Empty
MessageSujet: Re: Levi is alone é_è [Liiibre]   Levi is alone é_è  [Liiibre] I_icon_minitimeMer 4 Nov - 18:43

Hu, un moment je restais silencieux, je ne savais plus trop quoi dire, j'étais de plus en plus attristé mais bon... Je n'avais pas eut le temps d'analyser la situation que je me suis retrouvé contre elle. Que faire dans cette situation ? Soit, je refermais lentement mes bras sur elle et voilà que tout mon stresse s'évacua...Une fois cet enlacement terminé, je me suis déplacé à deux trois pas d'ici pour me mettre sur un arbre.

Bon je me fais une petite pause because j’suis fatigué… M’asseyant, je me suis adossé contre un arbre. Mes paupières étaient lourdes mais je n’avais pas envie de céder au sommeil, de peur d’être surpris et tué par de parfaits inconnus. Levant les yeux, j’observais les branches du chêne qui se déployaient au dessus de moi et emblaient toucher le ciel. L’arbre était imprégné d’une majesté presque sacrée. En le contemplant, je sentis mon propre esprit s’élever vers les hauteurs. Mon imagination envisagea un monde ignoré de moi, qui s’étendait autour de moi et que je n’avais jamais remarqué. Des toiles d’araignées tendues entre les brindilles brillaient grâce à la luminosité qui émanait de la lune. Des insectes bourdonnaient autour de l’arbre et des oiseaux voletaient en gazouillant parmi ses feuilles. Et la vie de l’été se détachait sur le fond immuable du chant des cigales. Pour ces créatures, le chêne était un monde complet où ils trouvaient de quoi se nourrir et s’abriter. Je sombrai alors dans une sorte de rêve éveillé, bercé le soir frais et de ses bruits innombrables. Quand je fermais les yeux, je voyais encore le dessin des feuilles noires sur un fond rouge.

En entendant l’appel bruyant d’un oiseau insolite dans les branches, j’ouvris les yeux. Perché au dessus de moi, l’animal ne m’était pas tout à fait inconnu, mais j’ai pu l’identifier tout de suite : c’était le Houou, l’oiseau sacré qui n’apparaissait que pour prédire un mauvais présage… Je ne suis pas vraiment superstitieux mais c’est tout de même un oiseau d’une beauté inégalée. L’oiseau me regarda de ses yeux dorés et brillants, ouvrant son bec jaune et poussa un nouveau cri. Tout se tut autour du moi , cloué sur place, je n’osais pas respire. Une brise légère fit onduler les feuilles mortes. Souriant d’un air neutre, j’ai malheureusement fermé les yeux et quand j’ai voulu ouvrir les yeux une nouvelle fois. L’oiseau avait disparu…
Je me suis sentis un peu honteux de ne pas l’avoir vu partir… après tout, malgrés mes bonnes résolutions sur le fait que je ne devais pas dormir lorsque j’allais m’entraîner. Mais le rêve avait été si vif – et une apparition, même dans un songe, ne pouvait être négligé. Regardant au creux de ma main, reposait une unique plume blanche aux extrémités teintées de rouge, comme si elle avait été trempée dans du sang. Réveille toi Leviath, ouais ouais, j'ai parfaitement entendu ce qu'elle a dit. Il est vrai que cette fois-ci, le coup de la meilleure amie que se tappe le petit ami, ça me fous la rage... Je voulais caché cette rage mais voilà qu'elle se dévoile sur mon visage. Vite je change d'expression ! Voilààà. Euuh, je me demande d'ailleurs, pourquoi elle ne peut plus faire de la gymnastique rythmique. En plus ses amis l'ont lâché au moment où son ère concernant la gymnatisque a pris fin ?! Ah mais c'est vraiment dégueulasse...

Hu, alors ton papa est décédé dans cet accident... je sais pas pourquoi mais perdre un parent c'est la dernière chose que je voudrais voir, même si le mental des miens est limite limite. C'pour ça que je veux pas d'caisse. Enfin le problème c'est pas moi là, hu... je pense que c'est à mon tour.
M'approchant d'elle, je fis ce qu'elle m'avait fait il y a quelques minutes, c'est à dire, la collé contre moi histoire de faire passer la pillule. Je la berçais un petit peu puis au bout d'un certains moment et je l'ai lâché.


Allons, allons, moi j'essais en vain (j'sais plus comment on l'écrit) de chasser ce moment de ma mémoire, j'y arrive mais ça prend du temps. Si tu veux, je peux t'aider à chasser ce moment. T'es pas obligé d'accepter mon aide, mais au fond je pense que ça me ferais plaisir d'aider la personne qui m'a tiré de l'enfer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helena Maaka

Helena Maaka

Messages : 163
Date d'inscription : 11/10/2009
Age : 28
Localisation : dans mon lit, entrain de dormir... ZzzZzzZzz

Fiche d'identitée
Relationship:
la classe/le métier: terminal
Les avertissements: 0

Levi is alone é_è  [Liiibre] Empty
MessageSujet: Re: Levi is alone é_è [Liiibre]   Levi is alone é_è  [Liiibre] I_icon_minitimeVen 6 Nov - 22:23

Après cette étreinte relativement courte, Leviath partit sous un arbre ou elle le laissa rêver. Elle se demandait même si ce n’était pas elle qui venait de le faire fuir au loin. Enfin bref, elle resta là où elle était posée, continuant son jolie discourt d’avant. Elle n’arrêtait pas de repasser ce film dans sa tête, elle n’arrêtait pas de repenser à ce qui aurait pu se produire chez sa tante. Elle se rappelait encore des regards qu’il lui lançait, ce regard qui montrait bien l’envie qu’il avait de la toucher. Une fois, il était même entré dans la douche en prétextant qu’il croyait que c’était sa femme à l’intérieure. Alors imaginez ensuite sa surprise quand il remarqua qu’elle n’y était pas seule. Il ne faut pas croire, même si son petit ami était parti avec sa meilleure amie à ce moment là, Helena n’était pas seule pour autant. La seule personne qui l’avait soutenu c’était son kinésithérapeute. Et oui, on sait ce que l’on peut dire là dessus, mais on s’attache vite à un jeune homme, surtout lorsqu’il est avec vous depuis deux ans, à essayer de vous faire marcher. Mais là encore, elle c’était fait avoir. Ce jeune homme, magique pour elle, était marié. Bien sur, il ne lui avait rien dit, elle l’avait découvert lorsque sa femme lui rendit visite pendant la séance de rééducation. Une petite visite surprise pour l’embrasser et lui dire que sa fille allait très bien. Ce qui fit rapidement changer Helena de kiné.

Enfin bref, ne parlons pas de cela, allons plutôt sur le moment présent. Car là, elle pleurait et ce fut les bras de Leviath qui vint l’entourer. C’était si agréable de sentir cette étreinte entre les deux corps, un soutient pour sa peine. Elle ne savait pas expliquer ce moment, c’était tout simplement apaisant. Il y avait enfin quelqu’un pour l’enlacer tout en faisant disparaît ses pleures. Il avait effacé pendant quelques secondes ce sentiment de tristesse qui ne la quittait jamais. Il avait réussi une chose que personne encore n’avait réussi. C’était si agréable, elle ne voulait pas qu’il la lâche, mais ses bras se sont écartés. Laissant revenir ce moment de peine, de doute et de tristesse qu’elle ressentait continuellement. Se tournant vers lui, le regardant dans les yeux, elle lui fit un délicat sourire. Un sourire qui exprimait bien la joie que ce câlin lui avait procurée et ce remerciement qu’elle voulait tant lui faire montrer. Il lui parlait de son cas, qu’il avait réussi à oublier, mais elle, non. Elle voulait bien de l’aide, mais comment faire ? Elle ne voyait pas ce qui pouvait la faire oublier un tel instant. A par ce moment d’enlacement, mais ce n’était pas dans la solution. Elle ne pouvait pas rester à vie dans ses bras, et puis, ils se connaissaient à peine. Bref, de bref ! Il ne fallait pas penser à cela.


- Je veux bien que tu me donne des solutions, pourquoi pas… Cela ne me coûte rien d’essayer…

Lui souriant, elle passa sa main sur son visage et vit une pomme de pain tomber sur la tête de Leviath. Surprise et surtout légèrement attristé pour lui, Helena se reteint de rire et prend son gilet contre elle.

- Attend… je vais m’occuper de cela…


Lui faisant un sourire qui partait quelque peu en rire, elle se mit sur les genoux et commença à regarder sa tête. Il n’avait rien de grave, cela allait plutôt bien. La pomme de pain avait surtout fait une vilaine bosse et pour calmer la douleur, elle partit près de l’eau, trempa légèrement le mouchoir et revint près de lui. Elle le déposa sur la tête et lui sourit. C’est en le regardant dans les yeux qu’elle vit que son visage se trouvait très proche du sien. Elle était nez à nez avec lui, son regard plongé dans le sien, stoppant tout mouvement. Elle ne savait pas si elle ferait mieux de reculer ou bien, d’avancer. Mais c’était peut-être trop tôt, ou même, peut-être qu’il n’y avait rien entre lui et elle. Une hésitation là prit, elle ne savait pas trop quoi faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leviath Okegawa

Leviath Okegawa

Messages : 211
Date d'inscription : 23/10/2009
Age : 25

Fiche d'identitée
Relationship:
la classe/le métier: Terminal
Les avertissements: 0

Levi is alone é_è  [Liiibre] Empty
MessageSujet: Re: Levi is alone é_è [Liiibre]   Levi is alone é_è  [Liiibre] I_icon_minitimeSam 7 Nov - 9:52

Le filet du ciel est vaste, mais ses mailles sont serrées


Les semis de printemps étaient terminés, et le vert clair des plants brillait à la surface miroitante des rizières où le ciel bleu et les hauts nuages blancs se reflétaient. Sur certaines levées entourant les champs, on y avait planté des haricots dont les fleurs blanches et les violettes attiraient des essaims d’abeilles. Les grenouilles coassaient et les cigales de l’été commençaient leur chant lancinant (je sais pas si ça a un sens) et le soleil avait dégagé toute trace de crépuscule dans le ciel. Allons bon, j’ai l’impression que le geste qui avait précédé ma phrase était suffisant pour que je fasse évacuer un peu la tristesse d’Helena, du moins je le pense et je l’espère. Je faisais pendant quelques temps des petits sourires amicaux afin d’apaiser la conscience d’Helena, en espérant ne pas être trop ridicule, enfin ça je m’en fous j’ai vraiment l’habitude de ressembler à un phénomène de foire. Enfin, ne faut pas non plus que je me rabaisse sinon que vais-je devenir aux yeux des autres ? Un petit con ? Ouais bah on s’en fout. Je sentais tout de même, qu’en cette fille, celle qui est devant moi, il y avait en elle une tristesse immense qui déferlait un peu partout, mais surtout dans son esprit, et à cet endroit…cette tristesse s’envenimait et prenait une nouvelle forme, une forme similaire la solitude mais je n’y crois pas. Elle a fait des rencontres hier, et je pense durant cette rencontre, toute trace de tristesse a été évacuée d’un coup. Mais en fait, ce n’est que temporaire, faudrait qu’elle rencontre son âme sœur pour que le sentiment de l’amour, qui est chez certaines personnes, dénoncé comme étant le fruit de nombreux conflits, pour que l’amour dévaste la douleur ultime qu’est la tristesse. En tout cas, moi la tristesse, j’ai eu ma dose, et je suis très bien placé pour la définir, c’est une sacrée merde qui nous colle au cul pendant longtemps, cette tristesse nous transforme en un truc pas normal qui fait que, bah on est rejeté de la société. Je résume mon passé en fait, mais bon je doute que cela vous intéresse étant donné que la seule chose qui capte votre attention… c’est l’instant présent.

Sans bouger, sentant les gifles de la puissance sylvestre sur mes joues, cette puissance faisant bouger mes yeux de façon à ce que ma vue soit nul mais temporairement. L’air était aussi pur qu’à Kyoto. Je me sentais assez bien, et j’ai vite adopté une expression apaisante sur mon visage. Bien bien, je suis content qu’elle accepte mon aide. Je vais enfin pouvoir me sentir utile à nouveau ! C’est ma résurrection, mais elle est encore incomplète. Mais Helena s’est occupé d’un très gros morceau et cela veut dire que j’ai une dette envers elle. Restant immobile un moment, j’ai senti un truc me cogner furtivement sur la tête. Me frottant un peu d’un air embêté mais aussi enfantin, comme si je m’y attendais mais j’ai tout fait pour me faire remarqué, et j’ai vite senti une bosse et Helena qui s’en allait. Erf, quelle merde j’ai été, j’ai pris l’air d’un imbécile et elle m’a fuit… Ah non, elle revient, Leviath t’es vraiment trop con… Elle allait juste tremper son mouchoir dans un court d’eau afin de le poser d’une façon maternelle sur ma bosse. C’est comme tout à l’heure, y avait un mouchoir qui m’avait totalement libéré de ma tristesse et ce mouchoir était commandé par Helena. Elle avait agit directement alors que nous ne nous connaissions même pas, ça c’est un geste très louable de sa part, que je peux accepter à n’importe quel prix. Je sentais la petite douleur s’en aller, heureusement mais de toute façon la bosse n’était pas très grande et mes cheveux la camouflaient. Mais c’est déjà vraiment très sympathique de la part d’Helena. Après j’ai prit son mouchoir pour me le mettre sur la tête et j’ai hoché de la tête, traduction ? Ça voulait dire merci. En m’appuyant sur un sourire, je me suis réjoui qu’elle accepte mon aide.

Après quelques secondes où le silence fut le maître des lieus, je me suis efforcé d’inspirer et d’expirer mon air. L’inspiration faisait naître l’air, tandis que l’expiration l’assassinait d’une façon reposée. Pour nous c’est pareil, on vit, et on meurt d’une façon reposée. Enfin, tout dépend comment et puis merde, je n’aime pas ce sujet de conversation alors changeons ok ? Pas d’objections ? Tant parce que je n’en veux pas. Je me demande comment cette fille vit bien sa solitude, elle habite seule chez elle et sans aide. Hu… ça me fait pas pitié, mais disons que je ressens quelque chose qui voulait dire que je compatissais, mais comment je peux ressentir sa douleur ? On a eu une existence totalement différente et voilà que je me mets à dire que je compatis avec elle ?! Oui je le dis… parce que quel que part… je ressens la même solitude que cette fille, je la connais au point d’en avoir mal moi-même. Je ne sens plus trop la bosse maintenant. Je me demande si cette pomme de pin n’est pas liée au fait que je garde la plume du Houou. Ouais, mauvais présage… Hu ?! Un serpent là ?! ET bah putain !

Pas de panique, enfin si, il se dirigeait droit vers Helena… J’ne comprend pas, devrait pas en avoir ! Je fais quoi ? Je laisse la malchance sur cette fille ou je l’aide ? AH bande de con, j’vais l’aider ! J’ai pris le serpent par le bout de sa queue et ai violement tiré vers moi pour le lancer sur une branche de l’arbre qui produisait assez d’ombre pour se protéger des rayons du soleil levant. J’espère qu’elle n’a rien vu, j’ne tiens pas à ce qu’elle s’en aille…
Après quoi j’ai sortit la plume du Houou et je l’ai laissé prendre son envol, car cette plume était à la recherche de son corps. J’espère qu’il n’y a plus de danger… Restant contre l’arbre, j’ai ramené un genou à moi afin de poser mon bras dessus puis j’ai dit :


Alors dis moi, les amis que tu as rencontré hier ? Ils sont comment ? Mais aussi, tu as vu une de ces personnes récemment ?


Restant neutre, mon regard était rempli d'admiration pour cette personne se trouvant en face de moi. JE ne pouvais pas passer innaperçus avec ce regard plutôt "unique". JE devais arrêté ce regard stupide mais trop tard, elle l'avait sûrement remarqué et je ne sais quel réaction allait-elle prendre. J'étais foutu...mon corps ne répondait plus, c'était autre qu'un banal sentiment, c'est autre chose qui était devenu maître de mon esprit.
Que devait-elle ressentir au moment présent ? Que devait-elle penser de moi actuellement ? En tout cas, Levi t'as tout fait foirer, quoi que si elle réagi bien on pourra dire que tu as de la chance.


[Gomen pour la fin, mais j’dois y aller. Bonne chance =)]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helena Maaka

Helena Maaka

Messages : 163
Date d'inscription : 11/10/2009
Age : 28
Localisation : dans mon lit, entrain de dormir... ZzzZzzZzz

Fiche d'identitée
Relationship:
la classe/le métier: terminal
Les avertissements: 0

Levi is alone é_è  [Liiibre] Empty
MessageSujet: Re: Levi is alone é_è [Liiibre]   Levi is alone é_è  [Liiibre] I_icon_minitimeDim 8 Nov - 19:20

Le regardant dans les yeux, le vent vint caresser son visage, faisant virevolter quelques mèches. Cette douce brise, qui venait de se lever, passait entre les deux jeunes, soulevant les feuilles et faisant tomber quelques-unes unes sur le sol. Il ne faisait pas froid car les rayons du soleil nous réchauffait. Cette douce chaleur se déposait sur notre peau, la caressant d’une tendre couche ardente. Elle aimait cette atmosphère que leur offrait la nature, c’était si paisible, si tranquille, personne ne venait par ici apparemment. La nature était posée, là, devant nous, faisant grâce de toute sa splendeur. L’union parfaite. Il n’y avait pas un défaut dans ce petit coin de paradis, rien ne dépassait, comme si la nature était tellement stricte, que pas une branche, pas une brindille ne voulait se déplacer ou mettre un terme à cette vision si magique qui s’offrait en spectacle à ces deux jeunes gens. Mais là, à ce moment précis, ce n’était pas la nature qui prenait le dessus sur le regard de la demoiselle, mais plutôt les yeux de Leviath qui venaient de se poser sur elle.

Ce qu’elle ne saisit pas, fut le geste qu’il eut. Mais en voyant le serpent s’écraser un peu plus loin, elle le regarda et comprit qu’il venait de la « sauver ». Si elle avait bougé, le serpent l’aurait certainement mordu et s’il était venimeux, elle ne donnait pas cher de sa vie. En tout cas, elle fit un doux sourire à Leviath pour le remercier, avant de lui répondre à cette question qu’il lui posait. D’ailleurs, face à cette question, elle ne savait pas trop quoi dire. Elle avait à peine parlée avec eux, et c’était hier. Jusque là, elle n’était pas ressortie pour en croiser un autre. Donc, elle ne savait pas trop quoi lui répondre.


- Et bien... Il y avait une demoiselle, Sakura, avec les cheveux roses ! Il y avait aussi Naruto, un blond et un certain Daniel… Sakura et Naruto se connaissaient déjà et Daniel est un nouveau, comme toi et moi… Daniel est brun, plutôt musclé mais pas trop. Il a les yeux bleus, un peu comme toi ! Mais je préfère les tiens, ils sont d’une couleur si particulière…

Lui souriant, elle s’occupa de lui pour la petite bosse qu’il avait, essayant de le soigner. Le pauvre, il n’avait pas de chance. Une pomme de pain tombe et c’est sur sa tête qu’elle atterrie. Elle compatissait pour lui, il avait certainement eu mal. Enfin bref, elle s’occupait délicatement de sa bosse lorsqu’elle posa son regard sur lui, et c’est là qu’un silence se fit. Etrange non ? Enfin, si l’on veut, car ce sentiment peut être ressenti si soudainement. Mais elle ne se doutait pas que cela se passerait avec lui. Ce petit sentiment qui nous prend, qui nous fait rester sur place, sans bouger, qui fait que nous hésitons et que notre cœur s’emballe sans aucune raison apparente. C’était ce sentiment qui parcourait le corps de la demoiselle, lorsque son regard croisait celui du jeune homme. Elle ne comprenait pas pourquoi, elle ne savait pas d’où venait cette sensation, mais elle savait que c’était là. Un sourire se marquant sur son visage, une attirance, ou plutôt, une attraction entre eux qui se faisaient, et la demoiselle commença à se rapprocher de lui… mais son portable se mit à sonner. Alors, arrêtant tous, elle recula et chercha son gilet, sortant son portable pour décrocher. Il s’agissait de sa tante.

- Oui Juliette… non je ne t’appellerais pas ma tante… j’en ai pas envie… Tu veux quoi Juliette ?!… Non je ne sais pas où se trouve ton Robert… Et tu crois quoi ?! Que je traîne avec ton cinglé de mari ?! Tu rêve ! Plus j’en suis loin, mieux je me porte !… Et alors… Tu crois quoi, qu’il va venir me voir ?!… Non, je refuse… Si je te trouve devant ma porte lorsque je rentre, je te préviens que j’appelle les flics, en disant qu’une femme essaye de pénétrer chez moi… Et bien on verra qui ils vont croire entre une tarée comme toi, qui ma voler pendant que j’étais à l’hôpital, ou la demoiselle que je suis !….. Houai c’est cela… Et bien bonne recherche, salut !

Helena raccrocha son portable et l’éteignit. Elle ne voulait pas être de nouveau dérangé par cette folle et regardant Leviath, elle se sentit vraiment nulle. Un si beau moment gâché par le coup de téléphone de cette femme. Décidément, même quand elle est loin d’elle, cette femme arrive toujours à détruire tous dans sa vie, l’empêchant d’être heureuse. Elle devait être maudite, certainement. A chaque fois qu’elle passait un bon moment, qu’elle était en bonne compagnie ou autre, sa tante l’appelait toujours. Elle avait un GPS ou quoi pour ces choses là ?!. Incroyable. En tout cas, Helena en avait assez de cela, il fallait qu’elle change rapidement de numéro, pour ne plus avoir à faire à elle.

- Je suis désolée… En un coup de téléphone, elle arrive à me mettre le moral à zéro… Chacun son tour !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leviath Okegawa

Leviath Okegawa

Messages : 211
Date d'inscription : 23/10/2009
Age : 25

Fiche d'identitée
Relationship:
la classe/le métier: Terminal
Les avertissements: 0

Levi is alone é_è  [Liiibre] Empty
MessageSujet: Re: Levi is alone é_è [Liiibre]   Levi is alone é_è  [Liiibre] I_icon_minitimeDim 8 Nov - 21:13

Le son des cloches du Gion Soja fait écho à l’impermanence de toute chose. La couleur des fleurs sala montre bien il est vrai que la prospérité est promise au déclin. Les orgueilleux ne durent pas, ils sont comme un rêve dans une nuit de printemps ; Les puissants finissent par tomber, ils ne sont que de la poussière avant le vent.


Allons, elle n'a encore rien remarqué, je ne sais pas si je peux dire tant mieux, ça m'aurais fait vraiment plaisir quelle me fasse un remarque par rapport à mon comportement. Enfin si c'était négatif j'aurais de quoi me reprocher de faire la tête d'ahuri. Si c'était positif...je ne connaitrais pas les joyeuses conséquences. Joyeuses ? Aah mais ma gueule !! j'y connais rien de toute façon u_U. Que faire, ah, ça y est j'ai repris le contrôle total de mes émotions. Mais à vrai dire, rien ne change, je reste avec le même regard qui était censé être reconnu comme étant de l'admiration. C’est fou ce qu'elle peut dégager, elle à l'air si pure, si sympathique, et j'en passe. Tout ça réuni en une même personne, c'est...époustouflant. Je ne sais même pas ce que je ressens actuellement, je l'ai déjà ressenti mais il y a longtemps...

Pourquoi fat-il surface si furtivement ? Je ne me plains pas bien au contraire, c'est une vague positif qui commence à re parcourir mon esprit et c'est très agréable. Bon faisant plutôt attention ce qu'elle dit, je ne tiens pas à lui foutre un seul vent. Ce serai égoïste de ma part surtout. Elle présente les personnes qu'elle a rencontrées hier. Une fille avec les cheveux rose ? Remarque, c'est une couleur qui va bien avec son prénom alors pas de critiques négatives. Naruto, un blond ? Je ne les vois pas comme certaines personnes, mais si je me trompais... Enfin bref, et il reste une personne, c'est Daniel. Brun aux yeux bleus, ah on a une chose en commun sauf que moi j'ai aussi les cheveux bleus, un bleu égalant le ciel d'été. Hu, pourquoi je rougis tout à coup ? Pourquoi je me sens pas vraiment gêné, mais je prends la tête d'un môme timide ? Hu...Merci Helena pour ce compliment, d'une couleur particulière ? Hu, c'est un compliment qui me réchauffe le cœur mais qui est aussi trouble car je ne connais pas vraiment le pourquoi de l'affection d'Helena par rapport à mes yeux (XD).

Elle se rapproche de moi si lentement, elle d'une grâce inégalée lorsque qu'elle peut se mouvoir, j'ai l'impression de rêver, mais si c'était le cas... Helena ne pourrait pas exister, ormis là elle est bien devant moi. Je devais me tenir prêt quand un bruit vint me casser le moral. Le portable d'Helena, allons, je ne lui en veux pas, pas pour une broutille de ce genre. Lui laissant le temps de répondre, je me suis donné une petite claque en disant que j'étais stupide pour x raisons et enfin j'ai écouté la conversation sans le vouloir. C'est sa tante ? C’est fou, mais rien qu'à attendre le ton d'Helena, j'en ai déjà mar de cette vioque (si je peux me permettre xd). Je ne pas dire pour autant que je compatis avec elle, car moi même je n'ai entretenu aucune relation familiale, que se soit oncle tante, grand père etc...

Une fois qu'elle eut terminé j'ai vu l'expression qu'avait adopté son visage. Faisant un soupir apaisant, je ne la plaignais surement pas, j'allais l'aidé à s'en remettre. Hu, moral à zéro...


Allons, faudrait qu'elle te lâche la grappe... La dernière chose que je souhaiterai c'est de te voir triste alors bon...


M'appuyant encore sur un de mes sourires les plus rares, je me suis levé et me suis approché d'elle en mettant une de mes mains dans ma poche. Les yeux d'Helena m'attiraient ? C'est un fait, mais c'est son visage qui était le plus important. Je m'arrête devant elle puis je ricane tout en disant:

Qu'allait être ton action avant d'être dérangé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helena Maaka

Helena Maaka

Messages : 163
Date d'inscription : 11/10/2009
Age : 28
Localisation : dans mon lit, entrain de dormir... ZzzZzzZzz

Fiche d'identitée
Relationship:
la classe/le métier: terminal
Les avertissements: 0

Levi is alone é_è  [Liiibre] Empty
MessageSujet: Re: Levi is alone é_è [Liiibre]   Levi is alone é_è  [Liiibre] I_icon_minitimeMer 11 Nov - 15:44

Le moral à zéro. Voilà ce qu’elle avait maintenant. Au début c’était Leviath qui ne semblait pas aller très bien et voilà que maintenant c’est l’inverse qui se produisait. Mais c’était surtout un sentiment de peur qu’elle avait, car le mari de sa tante était très spécial. Il avait des vus sur la petite, c’était sur, et Helena ne savait pas encore pendant combien il allait tenir sans venir la voir. Elle avait peur de le retrouver chez elle, ou pire encore, sur le chemin, dans les ruelles. Certes elle savait se défendre, mais il était plus grand, plus fort qu’elle et surtout, il connaissait le même art de combattre que la demoiselle, le jujitsu. Mais bon, normalement il ne viendrait pas, il n’était pas assez stupide pour venir logiquement. Sauf si ses envies prennent le dessus un soir ou sa chère tante se refusera à lui. Ce qui avait faillit se produire il y a un petit bout de temps en arrière, un peut plus d’an environ. Helena savait marcher mais encore avec difficulté. Elle était allée vivre chez sa tante à sa sortie de l’hôpital car elle avait besoin de se faire aider par moment.

Flash back


Helena était allée se coucher tôt ce soir là. Il n’y avait rien à la télé, rien d’intéressant du moins. Depuis le début de la soirée, son oncle ne cessait d’aller taquiner sa tante pour qu’ils montent et y fasse ce qu’ils avaient à y faire. Mais la tante ne cessait de dire d’arrêter et de refuser. Alors, désirant aller au toilette, Helena se leva seule de son lit, y allant en sautant sur un pied. Elle était habillée d’un pyjama avec un haut à bretelle et un bas en shorty. Mais elle n’avait que 17 ans à ce moment, elle était petite, si on peut dire, face à cet homme de 30 belles années. Alors, revenant de son petit parcours, elle croisa son oncle qui eut un regard plus qu’envieux de son corps. C’était un regard avec tellement d’envie, surtout perverse, qui lui traversait l’esprit et s’approchant de la demoiselle, Helena se plaqua au mur en voyant qu’elle ne pouvait plus reculer. Il s’approcha encore, de plus en plus, posant sa main sur le mur, près du visage de la demoiselle, la regardant sans cesse avec ce désir de la déshabiller. Mais sa tante l’appela et monta ensuite. Et Helena en profita pour aller se recoucher, pensant à chaque instant qu’elle devait partir de cette maison après un tel moment.

Fin du flash back


Se réveillant à l’entente de la voix de Leviath, elle le regarda et lui fit un doux sourire. Oui, sa tante devrait lui lâcher la grappe, cela ne serait pas de refus. Mais ce fut sa dernière phrase qui toucha la demoiselle. Il ne voulait pas la voir triste, mais c’est ce petit ajout qu’il lui fit savoir, que c’était la dernière chose qu’il désirait. Elle eut un sourire qui s’afficha sur son visage, avec une envie de l’enlacer, mais n’osa pas. Le regardant toujours, le voyant sourire d’une manière si particulière, elle le vit s’approcher d’elle et ne pas la quitter des yeux. Elle non plus ne pouvait détacher son regard du sien, c’était comme-ci elle était hypnotisée. Ce qui bloqua bien plus la demoiselle, fut sa question qui la fit rougir de honte et de gêne. Et encore, d’autre sentiment venait s’y ajouter, mais elle baissa la tête, toute timide, se touchant les doigts par un coup de stress et de gêne totale. Elle ne pouvait pas lui répondre, c’était impossible, qu’est-ce qu’il voulait qu’elle lui dise. Et bien, j’ai voulu t’embrasser mais mon téléphone a sonné et j’ai du décrocher ? Impossible. C’était totalement impossible qu’elle dise cela. La vérité ne pouvait sortir de sa bouche, non, impossible.

- Euh… hein ?… enfin… euh… Rien !

Elle ne savait plus quoi dire. Elle ne pouvait lui dire la vérité, cela était inconcevable. Elle n’osait même plus le regarder, gênée comme elle était. Elle ne savait pas quoi faire, quoi dire, elle n’arrivait pas à trouver de solution à ce problème. Alors, se levant, elle se retrouva face à lui, le regardant dans les yeux. Ce sentiment reprit, elle se sentait attirée par lui, mais n’osait pas faire le premier pas. Elle n’y arrivait pas, c’était comme impossible maintenant. Ce qu’elle avait voulu faire était l’embrasser, mais son corps ne bougeait plus face à lui. Elle ne savait que dire, que faire, elle voulait uniquement goûter à ses lèvres, mais elle ne le connaissait pas assez encore.

- Sinon… On était là pour faire connaissance alors… Raconte-moi un peu ce que tu aimes, ce que tu détestes, et est-ce que tu pratiques un sport ? Pour ma part, j’aime pratiquement tous, sauf les mauvais caractères et les mauvaises natures… Mais ce que j’aime par-dessus tout, c’est me poser sur le sable et regarder le soleil se cacher derrière la mer… C’est magnifique ! Ou alors, je préfère les douches aux bains ! Je déteste la noix de coco, que se soit l’odeur ou le goût, je ne supporte pas cela ! Comme l’odeur de vanille, je n’aime pas trop… Je pratiquais de la gymnastique rythmique avant et du jujitsu ! A toi maintenant, et si tu veux, je répondrais à tes questions, si tu en as...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leviath Okegawa

Leviath Okegawa

Messages : 211
Date d'inscription : 23/10/2009
Age : 25

Fiche d'identitée
Relationship:
la classe/le métier: Terminal
Les avertissements: 0

Levi is alone é_è  [Liiibre] Empty
MessageSujet: Re: Levi is alone é_è [Liiibre]   Levi is alone é_è  [Liiibre] I_icon_minitimeVen 13 Nov - 21:13

Ainsi, j’ai continué à marcher aux côtés d’Helena. Le bruit de mes pas était léger, presque imperceptible au milieu de la rumeur innombrable de cette petite forêt d’automne : froissement des feuilles s’éparpillant sous le vent du nord-ouest, battements d’ailes lointains des oies s’envolant vers le sud, échos assourdis du village de Kiri blotti en contrebas. J’ai disparu sans laisser de trace et sans aucun bruit entre les troncs des jeunes cèdres. Je sautais par-dessus les rochers tombés du haut des versants escarpés, bondissais sur les pierres noires et luisantes éclaboussées par les cascades. Je percevais avec acuité tout ce qui m’entourait : le ciel gris et l’air humide du dixième du mois, le vent glacé qui annonçait l’hiver et me rappelais que après cette guerre, je ne reverrais peut-être plus jamais la neige, ni entendrais le bruit le cri enroué d’un cerf dans le lointains, l’envol tumultueux et les appels rauques d’une bande de corbeaux dérangés par le fugitif. M’arrêtant enfin, je repensais à sa réponse hésitante, je ricanais rien qu’en y pensant, elle voulait m’embrasser c’est sûr, rien qu’au fait qu’elle est utilisé son ton hésitant suivi de sa technique de rapprochement, je vois très bien ce qu’elle à voulu faire. Enfin, nous arrivions à un grand point d’eau entouré d’arbres et de buissons suivi de quelques fleurs. Les azalées étaient justement sur le point de fleurir et les buissons se teintaient d’une lueur rouge. Un peu plus loin, les feuillages des nouveaux arbres fruitiers brillaient d’un éclat frais et vert. Dans l’espèce de lac, il y avait des carpes rouges et or qui apparaissaient grâce aux faibles rayons de soleil qui atterrissaient dans le point d’eau.

Regardant ensuite Helena je lui souriais d’un air presque normal, le presque est gênant ? Bah y a sûrement un grand signe d’affection dans ce sourire. Voilà qu’elle me déballe un roman sur ce qu’elle aime et ce qu’elle n’aime pas. Tout à un coup, un petit fou rire me pris. Son changement spectaculaire de sujet m’avait fait rigoler, on dirait qu’elle paniquait dans ses premiers mots. Faisant craquer mes doigts je me suis mis à parler :


Tu as pas mal de goûts, j’aime bien ça. Quant à moi, disons que j’ai pratiqué pendant 7 ans du judo, j’ai été champion de mon département et ensuite de tout Kyoto. J’aime bien la pâte d’haricot à l’eau mais je n’aime pas les ramens ni le poisson malgrés le fait que j’adore pêcher (XD). En ce qui concerne la musique, et bien j’écoute ce qui tourne autour de la musique japonaise. Style vestimentaire, no comment, je suis pas vraiment attiré par ce qu’il y a de la marque. Et pour conclure, mon principal défaut est que je suis très susceptible.


Voilà j’ai fini de raconter ma vie mais j’ai du enchaîner avec la phrase suivante mais voilà que mon portable sonne. C'est Bajy, hu. :

Gomen Helena, mais je dois y aller. J'espère te voir la prochaine fois !


Ainsi, je suis partis le plus rapidement possible car ce fut...une urgence...Isseï est dans le coma...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helena Maaka

Helena Maaka

Messages : 163
Date d'inscription : 11/10/2009
Age : 28
Localisation : dans mon lit, entrain de dormir... ZzzZzzZzz

Fiche d'identitée
Relationship:
la classe/le métier: terminal
Les avertissements: 0

Levi is alone é_è  [Liiibre] Empty
MessageSujet: Re: Levi is alone é_è [Liiibre]   Levi is alone é_è  [Liiibre] I_icon_minitimeVen 13 Nov - 21:41

Helena marchait tranquillement près de Leviath, se demandant ce qu’il lui arrivait. Ce n’était pas dans ses habitudes d’être ainsi, elle détestait cela d’ailleurs. S’attacher trop facilement lui faisait peur, et d’ailleurs c’est ce qui se passait. Il faut avouer qu’elle commençait à vouloir partir, à vouloir s’éloigner. Certes elle cherchait à faire connaissance avec les autres, mais lorsqu’elle s’attachait, elle paniquait et c’était ce qui se passait. Pourquoi s’était-elle rapproché ainsi de lui ? Elle ne le connaissait pas, elle ne savait pas qui il était et elle c’était permise de désirer une telle chose. Elle ne comprenait pas son comportement, peut-être le besoin d’avoir quelqu’un, ou alors une véritable attirance pour lui, mais il ne fallait pas. C’était impossible pour elle, quel homme serait capable de la supporter ? Quel homme pourrait la combler, la câliner et la rassurer, tout en la protégeant ? Rare sont ces hommes et ce si peu d’homme ne voulait pas qu’une fille comme elle. La preuve, il devait certainement savoir ce qu’elle avait eu envie juste avant et pourtant, il faisait comme si de rien n’était. Elle n’était pas son type, c’était ce qu’elle se disait, et de plus, il n’avait pas tord. Il avait du ressentir ce chaos qui se formait autour d’elle. Qui voudrait d’un boulet comme cette fille, pour ralentir sa route ? Personne.

Relevant son visage, portant son regard sur le sien, elle lui fit un doux sourire forcé en l’écoutant. Ce n’était pas forcé contre lui, juste qu’elle avait du mal à ce remettre de la connerie qu’elle avait faillit faire. Mais bon, il fallait aussi avouer que le stop volontaire ou non, elle l’avait ressenti. Elle se sentait mal à l’aise, voulant partir maintenant, voulant courir le plus loin possible de lui. Elle avait été totalement idiote dans son désir, totalement inconsciente. Elle se demandait encore comment cela était possible d’être aussi nulle. Mais d’un côté, heureusement pour elle, le portable de ce jeune homme se mit à retentir. Un son de délivrance sous le mal être de la demoiselle. Elle se sentait tellement mal de savoir qu’il savait parfaitement ce qu’elle avait voulu faire. Ce qui l’inquiéta par contre fut de le voir partir avec une mine si inquiète. Quelque chose c’était passé et elle ne savait pas quoi, mais cela le rendait triste et inquiet. Elle le savait, elle le ressentait, et lorsqu’il commença à partir, elle se demanda que faire. Mais se fut rapide à prendre comme décision, le laisser partir, tout simplement. Elle baissa la tête, serra les poings, se demandant pourquoi elle avait été si nulle. Commençant à partir, elle regarda son portable (que je n’ai plus T_T ) observant le message qui y était inscrit, tremblant alors de peur. Terrorisé, elle referma le portable et laissa ses larmes coulées, se laissant tomber sur l’herbe pour craquer totalement. Le message disait qu’il ne l’oubliait pas, et qu’il désirait toujours autant lui retirer ce petit ensemble de ce soir là.


FIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Levi is alone é_è  [Liiibre] Empty
MessageSujet: Re: Levi is alone é_è [Liiibre]   Levi is alone é_è  [Liiibre] I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Levi is alone é_è [Liiibre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Atlantis Match.
» Avatar en bazar
» "Suis-je le seul à être doté d'un cerveau dans ce monde ?" // Rain Levi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Konoha High School :: ► Konoha :: ❖ Autre endroit-
Sauter vers: